Laure Devenelle : « Impliquer le public, voilà comment bâtir un nouveau discours »

Agée de 28 ans, Laure Devenelle travaille et vit à Paris. Cette scénographe et plasticienne s’est découvert durant ses études une passion pour la manipulation du papier et des matériaux textiles. Elle a ainsi rédigé un mémoire sur la récupération en scénographie et dans les arts plastiques. Lors d’un échange en Argentine, elle a rencontré un artiste chilien, Don Lucho, président de la culture à Santa Cruz, dont les réalisations reposent majoritairement sur des cartons de récup. Elle eut ainsi l’occasion de créer une fresque en origami. L’Amérique du Sud lui semble foisonnante d’initiatives.

 » Cette région est un terreau de créativité, car ils consomment moins. Le Brésil est très prolixe en oeuvres d’art de récupération ».

Elle intervient également à l’Alliance Française de Mendoza. Dans le cadre du marathon de la création, elle a invité les participants à lui donner de vieux vêtements, et réalisé un tissage géant à partir de sa collecte. Sur un mode participatif.

 « Chacun venait tisser une ligne. Cette oeuvre était créatrice de lien »,

affirme la jeune plasticienne.

Cette apôtre de la récupération de matériaux organise de nombreux événements en partenariat avec la Petite Rockette, mais également avec des associations comme Mom’ Pelleport, des entreprises et hors les murs.

« Nous organisons de nombreux ateliers avec Mômes Pelleport, pour des enfants de tous milieux. Ce qui me choque, c’est que les personnes doivent s’inquiéter du caractère payant ou non de la manifestation avant de s’inscrire à un atelier. Mômes Pelleport rend ces activités accessibles à tous, les facturant selon le revenu de la famille ».

Un récit intéressant sur le climat et l’environnement ?

Le spectacle chorégraphique Weather, de l’australienne Lucy Guérin. Il sublime la sac plastique, déchet dont nous avons le plus grand mal à nous débarrasser. Le mérite de ce spectacle est d’être accessible, y compris aux personnes non aguerries à la danse. D’autant que Lucy Guérin l’a adaptée pour le jeune public. Nous ne passons plus par la parole, mais par le geste et par le visuel. »

Comment l’art peut-il apporter cette accessibilité ?

 » Lorsque j’organise des collectes, le public est impliqué, car tout le monde a des déchets à jeter. Nous leur proposons alors de les apporter à un artiste, qui en fera autre chose. Cette implication peut intervenir également lorsque nous faisons participer les personnes. Le pliage peut être une opération très simple et très rapide. Ainsi, chacun peut avoir sa part à l’oeuvre d’art finale ».

Pour en savoir plus : l’entretien avec Laure Devenelle, disponible sur Youtube.

Et son site lauredevenelle.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s